Le tri des biodéchets

La loi Anti Gaspillage et Economie Circulaire (AGEC), impose depuis le 1er janvier 2024, la généralisation du tri à la source des biodéchets et concerne tous les professionnels et particuliers.

Chaque collectivité définit des solutions adaptées à son territoire : compostage de proximité et ou collecte séparée des biodéchetsPour vous accompagner, la Communauté de communes Vie et Boulogne met en place progressivement plusieurs solutions de tri à la source des biodéchets avec en priorité le déploiement du compostage de proximité.  

Une seconde vie pour les biodéchets

À la maison comme au jardin, nous produisons de grandes quantités de biodéchets. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons les valoriser et les transformer en ressource, grâce au compostage.

Le compostage est un processus naturel de décomposition des biodéchets en compost, réalisé par une multitude de microorganismes vivants (bactéries, champignons, cloportes, vers, …) 

Le saviez-vous ? Les déchets alimentairesreprésentent en moyenne 30% de notre poubelle grise. Composter les biodéchets, permet

  • d’alléger la poubelle,
  • de limiter la pollution liée à la collecte
  • de fabriquer son propre engrais pour les plantations.

C’est aussi une activité vertueuse, ludique et conviviale pour les enfants et les adultes. 

Réduisons, compostons !

Dès lors que vous disposez d’un petit espace enherbé à l’extérieur de la maison, vous pouvez composter ! Il existe deux formes de compostage : 

  • Le compostage individuel en tas. Si vous avez de la place, c’est une solution très simple qui ne nécessite aucun matériel spécifique. Quand le tas atteint 1 à 1,5 m de haut, il suffit de le retourner et de le laisser reposer. 
  • Le compostage individuel en bac. Constitué d’un ou plusieurs bacs achetés ou fabriqués, c’est la solution la plus courante. En plus d’accélérer le processus, il s’adapte aux jardins de toutes tailles (2m2 suffisent). 

Le saviez-vous ? Les poules sont également de vrais composteurs sur pattes ! Une poule peut consommer environ 160 kg de déchets organiques ménagers par an et peut produire jusqu’à 200 œufs.

Ce que propose Vie et Boulogne

Chaque foyer concerné peut être formé à la pratique du compostage et équipé d’un composteur payant (un par foyer), uniquement lors de permanences et sur inscription.  La signature d’une convention et une participation de 10 € sera demandée pour l’acquisition du matériel (prélevé directement sur la prochaine facture de redevance incitative). 

  • Deux permanences par mois :  une permanence à la Communauté de communes au Poiré-sur-Vie et une permanence à France Services à Palluau. 
  • Une flexibilité dans les rendez-vous :  vous avez le choix entre plusieurs dates et horaires avec des créneaux toutes les 30 minutes, comprenant un temps d’explication avant la remise du composteur et la signature d’une convention. 
  • Une démarche simple : vous réservez votre créneau en ligne via le formulaire ci-dessous (ou par téléphone auprès du service Environnement – Déchets au 02 51 31 67 33).  

Prendre rendez-vous

Si vous avez déjà un composteur et que vous souhaitez bénéficier du temps d’explication ou si vous avez des interrogations, merci de nous contacter directement par téléphone ou par mail.

Infos pratiques  

  • Composteur en plastique 100% recyclé et 100% recyclable, d’une capacité de 345L ou 445L (selon arrivage), fourni en kit (à monter soi-même). Il rentre dans un coffre de voiture.  
  • Dimensions du 345L une fois monté : largeur 79 cm, profondeur 79 cm, hauteur 89,4 cm 
  • Dimensions du 445L une fois monté : largeur 82,1 cm, profondeur 82,1 cm, hauteur 104,1 cm 

Pour les habitats collectifs ou ceux ne disposant pas de jardin, des solutions existent : 

  • Le compostage partagé : de quartier ou en pied d’immeuble. Cette solution, partagée avec ses voisins de quartier ou en pied d’immeuble est identique à celui du compostage individuel en bac.  
  • Le lombricompostage. Ce type de composteur, de plus petit format, peut s’installer soit en intérieur, soit sur un balcon. Il fonctionne à l’aide de petit vers rouges qui décomposent les déchets répartis dans plusieurs plateaux empilés. Ils transforment la matière en lombricompost et lombrithé qui peuvent être utilisés pour nourrir les plantes d’intérieures et les jardinières. 

La Communauté de communes étudie à ce jour la solution à proposer.

Le compostage en pratique

  • Choisir le bon emplacement (plat, mi-ombragé, à même la terre, à l’abri du vent et proche de la maison) et débuter de préférence au printemps ou à l’automne.  
  • Préparer son espace et ses outils : ameublir la terre à l’emplacement choisi puis installer le composteur. Placer quelques branchages dans le fond sur 5 à 10 cm.  
  • Les outils utiles : une fourche, un arrosoir, un sécateur et un bio-seau. 
  • Prévoir un stock de déchets secs pour les incorporer petit à petit dans votre composteur. 
  • Varier les déchets et les découper pour faciliter l’action des micro-organismes. 

Notre conseil : déposer 50% de déchets humides (essentiellement des déchets de cuisine) avec 50% de déchets secs (plutôt des déchets de jardin et de la maison). A chaque dépôt, bien répartir vos déchets à la surface et les mélanger avec la couche inférieure. 

  • Aérer le compost : au moins 1 fois par mois sur 20 à 40 cm (à l’aide d’une fourche, griffe, …). Les-micro-organismes doivent respirer, une bonne aération aide à la décomposition des matières. 
  • Surveiller l’humidité : le compost doit être humide comme une éponge pressée. S’il est trop humide, ajouter des déchets secs et aérer. S’il est trop sec, arroser. 
  • Être présent : pour contrôler les déséquilibres éventuels. Plus le composteur sera visité plus les nuisibles seront également dérangés et se décourageront donc à s’y installer.  

Tous les déchets biodégradables peuvent être compostés, certains avec modération ou à découper en morceaux pour faciliter leur décomposition. 

  • Déchets de cuisine :  épluchures (dont agrumes, melon, avocat, ananas, … en morceaux), fruits et légumes abîmés, trognons de légumes épais (en morceaux), coquilles d’œufs et de fruits secs (concassées), filtre et marc de café, thé et infusion, pain rassis, restes de repas, …
    Avec modération, en petites quantités et en mélange : restes de viande et de poisson, crustacés et coquillages (concassés), huiles et sauces, laitages et croûtes de fromage. 
  • Déchets de jardin :  fleurs et plantes fanées, résidus du potager, feuilles mortes, tailles de haies, brindilles, paille, foin, écorces, … 
    Avec modération, en petites quantités et en mélange : tontes de pelouse, mauvaises herbes et plantes malades, coupe de thuya, de résineux et feuilles épaisses (laurier palme, lierre, …) 
  • Déchets de la maison :  fleurs et plantes d’intérieur, cartons fins non imprimés (boite d’œufs, rouleaux de papier toilette et d’essuie-tout), serviettes, mouchoirs et essuie-tout en papier, papier journal, sac kraft.
    Avec modération, en petites quantités et en mélange : cendres de bois, sciures et copeaux de bois non traités.

Le saviez-vous ? Le compost sert au potager, mais aussi aux arbres fruitiers, aux plantes en jardinières ou en pot, aux massifs floraux, à la pelouse, aux haies arbustives… 

  • Après 4 mois, le compost est jeune et utilisable en paillis à l’automne. Il maintient l’humidité, protège le sol et limite la pousse de mauvaises herbes. Il pourra être incorporé au sol au printemps après maturation. 
  • Après 8 mois, le compost est mûr (couleur sombre et odeur de sous-bois) et utilisable en apport organique. Il améliore la structure du sol. La seule condition est de ne pas l’utiliser tel quel. Il ne faut ni semer ni planter directement dans le compost : très riche en nutriments, il pourrait « brûler » les végétaux. Préparez un terreau en le mélangeant avec de la terre. 

Les tontes, feuilles mortes, tailles, …sont une ressource pour le jardin ! Ils peuvent être réutilisés sur place grâce à différentes techniques : 

  • La tonte mulching : technique de tonte sans ramassage, l’herbe est coupée et laissée sur place permettant de protéger et d’amender les sols. 
  • Le broyage / paillage : technique qui consiste à recouvrir son sol avec des déchets broyés (à l’aide d’un broyeur ou d’une tondeuse) afin de nourrir et protéger le sol. 
  • Le compostage : les déchets verts broyés peuvent servir de matière sèche pour le compostage. 

FAQ

1. Qu’est-ce qu’il vaut mieux trier les cartons dans le sac jaune ou les composter ? 

Il est préférable que les cartons soient mis dans le sac jaune. Ponctuellement, ils peuvent être intéressant pour l’équilibre du compost si vous n’avez pas de déchets secs à disposition comme les feuilles mortes. Privilégiez alors les boîtes à œufs ! 

2. Est-ce que je peux mettre des agrumes ? 

Oui. L’idéal est de les couper en petits morceaux. L’huile essentielle qui recouvre naturellement la peau ralentit sa décomposition. 

3. Est-ce que je peux mettre la litière de mon chat ou les excréments de mon chien ?  

Non, car cela peut engendrer des risques sanitaires. 

4. Est-ce que je peux mettre des restes de viande ou de poisson ? 

Oui. A condition de les couper en petits morceaux et de bien les enfouir au centre (dégradation plus rapide, moins de mouches). L’idéal serait de les réutiliser pour éviter le gaspillage. 

5. Le compost est chaud, est-ce normal ? 

Oui. Cette montée en température naturelle provient de l’action de micro-organismes qui dégradent la matière organique. La température (jusqu’à + de 55°C) permet une hygiénisation du compost. 

6. Le compost attire les mouches ! 

Pour éviter la présence de mouches, il est conseillé d’enfouir les déchets frais et de recouvrir de matière sèche (broyat, feuilles mortes, …). Pour éviter également la présence de moucherons dans le bio-seau, il est conseillé de le vider régulièrement au compost et de déposer au fond du bio-seau du papier journal ou carton qui absorbera les jus. 

7. Le compost sent-il mauvais ? 

Un compost bien géré (équilibré et aéré) ne sent pas mauvais. Si une odeur désagréable (œuf pourri, ammoniaque…) apparait , cela signifie que le compost manque d’air ou qu’il est trop humide. Il est conseillé d’apporter de la matière sèche et de mélanger régulièrement. 

8. Le compost attire-t-il les rongeurs ? 

Le compost n’attire pas les rongeurs mais il peut révéler leur présence dans les endroits où ils sont déjà installés. Un composteur est à la fois un lieu de vie, un garde-manger chauffé et fermé, à l’abri des prédateurs et où ils ne seront pas dérangés.  

Avec des pratiques adaptées, on réduit les risques :  

  • Bien enfouir et découper les déchets qui peuvent les attirer (viande, poisson, laitage, …),  
  • Les déranger pour éviter leur installation (brassage régulier, plantes répulsives, visites régulières), 
  • Installer dans le fond un grillage à poule. 

9. Le compost se fait uniquement au printemps  

Il est possible de composter toute l’année, le compostage est toutefois ralenti en hiver. Il est important d’alimenter le composteur tout au long de l’année afin de maintenir la vie dans le compost. 

10. Que faire de mon compost, si je n’ai pas de potager ? 

En dehors du potager, le compost peut être utile aux arbres fruitiers, aux plantes en jardinières ou en pot, aux massifs floraux, à la pelouse, aux haies arbustives… 

Les biodéchets sont constitués à 80% d’eau et le tas va fortement se réduire en se déshydratant. Le composteur peut ainsi mettre plusieurs années avant de se remplir. Si vous n’en avez pas l’utilité du compost, il peut rester au fond de votre bac. N’hésitez pas non plus à en faire profiter vos voisins ou vos proches ! 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×